... Rédactions - Youseeme
Le BITCOIN à 100.000,00 € ou à 200.000,00 € dans quelques mois, c’est possible ! vous pouvez mettre ça en doute, mais avant de lire les raisons de cette annonce je vous prie de ne pas considérer cette rédaction comme un conseil d’investissement ou une incitation à l’achat du Bitcoin, ceci est une simple analyse concrète basée sur des éléments et des faits réels produits sur le marché de la cryptomonnaie avec un historique réel, toutes les données contenues dans ce texte sont vérifiables sur internet car ce sont des données publiques, chacun d’entre vous peut prendre le temps de rédiger un article comme celui-ci en faisant de l’assemblage d’information, du croisement de données rajouter une analyse fine pour atteindre une déduction logique rationnelle et concrète, malgré tout le risque demeure en sa totalité et la trajectoire d’une pensée logique d’un instant peut être modifiée par un événement ou un incident politique, sociale ou sanitaire qui surviendra et modifiera totalement les prévisions. Ce ne sont pas des prédictions faites sur une boule de cristal, ni une intuition humaine, et rien d’irrationnel. Il y a des millions  de porteurs de portefeuille de Bitcoin dans le monde, la capitalisation totale du BITCOIN à l’heure où je rédige cet article de 1.179.433.622,00 Dollars, ces flux passent tous par environ 300 Exchanges dans le monde, les volumes traités peuvent atteindre jusqu’à 40 milliards par jour, la commission moyenne sur ces flux est de 2% hors prix de l’acquisition du paiement par carte Bancaire de 3 à 6% ce qui vous donne déjà une idée de l’importance de ce marché, sans perdre de vue que ceci concerne le monde entier, si nous comparons cela avec les flux en dollar notamment les flux sur les marchés boursiers quotidiens qui s’élèvent à environ 8000 milliard ! pas jour avec des commissions de 0.5% ceci aussi vous donne un ordre de grandeur et de comparaison, sachant que le taux de croissance du marché de la crypto n’a pas trop évolué depuis quelques années mais au contraire les acteurs ont étaient affaiblies par l’augmentation de leurs nombre et l’agressivité de la concurrence entre les acteurs existants, ce qui provoque un partage d’un marché qui ne semble pas croitre à la hauteur des ambitions des grands Exchanges. Revenant aux Eschanges, chacun doit immobiliser une somme d’argent avec laquelle il achète des Bitcoins, il doit les mettre à la disposition de ses  ventes, ceci crée une immobilisation de trésorerie, cette trésorerie est rémunérée par la commission encaissée sur la vente, l’immobilisation subit les hausses et les baisses comme tous les stocks de marchandises ou de matière première cotés sur les marchés au quotidien, l’Exchange doit également immobiliser une trésorerie en monnaie à cours légale qui lui permet de payer les achats de Bitcoin effectué auprès de ses clients, ce cas se présente lorsque ses clients vendent massivement et subitement où il devrait assurer le rachat et que cela est supérieur aux volumes de ses propres ventes. Ces sommes immobilisées s’appellent une réserve de Liquidité  » Liquidity Pool » et ensuite une mécanique s’installe selon le taux de rotation de chaque Exchange, en tout cas ils doivent conserver suffisamment de réserve en monnaie fiduciaire pour répondre à la demande, dans les situations où les plus petits sont dépassés par la rotation des flux ils sont connectés à des plus grands qu’eux qui leurs apportent une liquidité, donc chacun apporte une liquidité à hauteur de ces montants traités et du taux de rotation en somme des volumes qu’il traite, les gros sont également liés certains les uns aux autres afin d’assurer fluidité à ce marché, car il en va de leurs réputations et la réputation de la qualité de l’investissement qu’ils proposent, et comme cela était révélé lors de certains évènements récents, les Exchanges s’appuient sur des emprunts bancaires afin d’assurer une capacité financière et une disponibilité pour affronter certains mouvements brutaux, lorsque les taux sont bas l’incidence sur les frais est faibles, mais lorsque les taux augmentent ceux qui ont suffisamment de trésorerie  résistent mieux que ceux qui doivent emprunter, car malgré tout il ne peuvent pas augmenter trop leurs frais au risque de perdre en premier le gros clients. les Exchanges on bâtis une réputation de solidité financière à travers plus de seize années d’existence dans un environnement assez mouvementé, dangereux et assez incertain, mais leur incertitude a diminuée a fur que le marché grandissait et que le nombre de client augmentait, et pour couronner tout cela voici que de grands acteurs de la finance entre en jeux, Blackrock et onze autres institutions financières américaines qui ont obtenu le droit d’émettre des ETF adossés au Bitcoin à la condition d’avoir contre chaque ETF un Bitcoin en garantie pour son collatéral, trois acteurs différents doivent être rémunérés, le premier Blackrock l’émetteur de l’ETF et le distributeur, Goldman Sachs le financier et Coinbase le conservateur des bitcoin. Car lorsque le financement des achats des ETF était effectué par Goldman Sacks et JP. Morgan , pour une somme supérieur à 30 milliards de dollars le prix du Bitcoin était avoisinant les 64 000 dollar et ceci n’était que le début des opérations qui se poursuivent, car ces opérations sont arrivées à un moment ou il y avait la période qui précédait le « Bull Run » à cause du Halving et à un moment d’effet d’annonce attendu par la SÉC qui devait autoriser l’émission des ETF, on en déduit que nous pouvons rajouter aux Exchanges qui conserve des liquidités pour assurer la fluidité du Bitcoin les banques qui soutiennent ces nouveaux acteurs émetteurs d’ETF, il faut noter que ce ne sont pas des établissements endettés ni passifs ils ont des activités et des productivités dans la finance elles sont hautement bénéficiaires ! Nous pouvons ainsi conclure que nous assistons là à l’arrivée sur la seine financière mondiale d’une nouvelle forme de réserve monétaire qui est également une réserve de valeur qui est le Bitcoin de par le collatéral en monnaie fiduciaire qui le soutient , de plus comme les exchanges sont répartis sur le monde entier ils ont des réserves en 160 monnaies différentes, et même si le dollar est prédominant derrière lui viennent le Yohan, l’Euro, La Livre sterling le rouble et la roupie, ce qui répartie le risque d’effondrement d’une monnaie qui sera contre balancer par les autres, comme le marché des FOREX. Venant en au fait de cette nouvelle forme de monnaie digital, scripturale, virtuelle, cryptographique, et tous les autres noms ou adjectifs que nous pouvons lui donner, elle existe, elle est répartie comme aucune autre monnaie ou action boursière sur le monde entier, elle est possédée par des institutions financières tel que les banques et les gérants de fonds de pension et d’investissement, par des agents de change, des sociétés et des individus, elle est utilisée pour la spéculation, et les paiements, fluide et universel basée sur une technologie standard adoptée par tous avec une parfaite interopérabilité, de l’est du Japon jusqu’à l’Ouest des Etats Unis à travers toutes les langues, tous les pays et toutes les économies le Bitcoin est le même.. Pouvons nous encore envisagé une chute à 7000 USD ou à 18000 USD ou à 24 000 USD , la réponse est oui tout est possible, n’avons pas déjà vu un dollar chuter de 30% ?  et puisque plusieurs fois dans sa vie le Bitcoin a fait croire qu’il allait disparaitre, au grand bonheur des banques et des régulateurs et il est revenu encore plus vite qu’il ne soit parti, forçant les états à créer des régulations pour organiser son marché, a créer des statuts tel que les prestataires de service sur actif numérique, a mettre en place tout type de contrôle a la fois des acteurs et son écosystème, à se prémunir contre une expansion incontrôlée, tous ces efforts sont fournis parce que les états sont certains que ce n’est pas un simple phénomène passager, et que en plus de la technologie intéressante que cela apporte, la gestion des flux financiers est très intéressante. Comparons le Bitcoin à l’Or, si l’or est une valeur de réserve, tout d’abord parce qu’il n’est pas contrôlé par une ou plusieurs institutions étatiques centralisées, il est classé parmi les matières premières, son cours est mondiale, il est produit dans des mines réparties dans le monde entier, nul n’a l’exclusivité ou le monopole et nul ne peut contrôler son cours, tous les états du monde ou des individus possèdent de l’or, pas besoin d’une personne interposée pour le conserver, chacun est en mesure de conserver son or physique chez lui ou dans une banque. C’est parce que c’est un métal utilisé dans plusieurs domaines qui touchent à la vie quotidienne, tel que le luxe ou certaines industries, intarissable, à valeur croissante bien que variable, difficilement échangeable contre une marchandise sans passer par une monnaie à cours légale d’abord, taxable sur la plus-value à la vente. La majorité des états qui autre fois considérait l’or comme une valeur refuge ou une valeur en soutient de leurs monnaies locales se sont défait de cette notions, donc ils ne possèdent plus aucune ou très peu de valeur en réserve en soutient de leurs monnaies, nous ne pouvons en aucun cas prétendre que les propriétés de l’état tel que les forêts ou les biens immobiliers ou la capacité de lever des impôts puissent se substituer à l’Or . Si les états occidentaux sont endettés ce qui pourraient représenter plusieurs risques potentiels d’un effondrement de leurs monnaies, elles n’ont aucune monnaie d’échange fluide pour réduire le risque ni un plan B et de plus elle ne pourront plus résoudre ce genre de problème par une nouvelle dette, car elles ont déjà atteint leurs capacité maximales et leurs note commence à diminuer auprès des organismes du genre Standard and Poor et autres. Nous arrivons à la conclusion que Le Bitcoin est très semblable à l’OR, il est miné dans le monde entier, il est décentralisé, nul n’a l’exclusivité ou le contrôle, presque comme une matière première car il fallait de l’energie pour le construire, peut être détenu sur des Wallets décentralisés sans aucun prestataire, échangeable contre un bien sans passer par une monnaie à cours légale, peut échapper à la plus value, soutenu par des centaines d’institutions financières non endettées, il constitue une valeur de réserve à prendre en considération en cas de volonté de répartition de risque sur les actifs qui constituent le patrimoine individuel, du plus petit montant jusqu’à sans limite comme l’or un gramme à 60 euros peut constituer une réserve à l’ abri qui peut être conservée dans un tiroir chez soi. Dons il est incontestable que la valeur du Bitcoin va progresser, d’abord par sa rareté puisqu’il n’y aura pas plus de 21 millions d’unité, de par toutes ces institutions financières qui se sont engagées dans des investissements conséquents dans cette crypto qui n’ont pas intérêt à ce que le prix chute et elle pourraient se constituées comme acquéreuse, comme le cas ou il y aurait une action en bourse qui  baisse, alors les acquéreurs accourent lorsqu’ils pensent que c’est le moment d’acheter, de plus il se pourraient que les géants de la finance puissent penser comme certains avant eux qu’elles pourraient si le prix chute beaucoup et qu’elles obtiennent une belle portion pouvoir ensuite contrôler son taux.. 

 Samir Koleilat

Newsletter

Soyez les premiers informés de toutes les nouveautés, avant l’heure.